Perigord noir

 

Sans titre

 

grand taureau, à l'origine de l'emblème du département

 

Découverte :

Le 12 septembre 1940, quatre adolescents : Marcel Ravidat, Jacques Marsal, Georges Agniel et Simon Coencas, jouent les aventuriers pendant leurs loisirs. Munis d'un matériel rudimentaire, ils entreprennent de descendre dans une crevasse et atteignent, avec difficulté, une grande salle où ils aperçoivent des peintures. Puis ils pénètrent au fond d'un trou qui se révélera être le fameux Puits de Lascaux. Pressentant l'importance de leur trouvaille , ils décident de prévenir, le 18 septembre 1940, Leon Laval alors institeur à la retraite et passionné d'histoire, qui se rendra sur les lieux dès le lendemain..

l'abbé Breui, Jacques Marsal, Marcel Ravidat, Georges Agniel

Photo provenant du site http://yamo.club.fr

Le 21 septembre, les abbés Breuil et Bouyssonie, accompagnés du docteur Cheynier et de D.Peyrony, visitent la grotte et l'attribuent immédiatement au Paléolithique supérieur. Leurs rapports préliminaires conduisent, dès le 27 décembre, à un classement rapide du site comme monument historique.

En 1947, des travaux d'aménagement de la grotte sont réalisés. Le site est ouvert au public le 13 juillet 1948 avec comme guide Marcel Ravidat et Jacques Marsal.

Lascaux connu un énorme succès, après une quinzaine d'années d'exploitation on s'aperçut que la visite de centaines de milliers de personnes, avait boulversé l'équilibre atmosphérique et le degré d'humidité de la grotte. De petites algues vertes commençaient à se répandre sur les parois, et le support rocheux se détériorait.

 

La grotte fut alors fermée au public le 20 avril 1963 sur ordre d'André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles, en raison des altérations que subissaient ses parois. Lascaux fut restaurée par une équipe de scientifiques durant plusieurs années. Aujourd'hui, sa visite n'est autorisée qu'aux chercheurs et spécialistes.

Alerte :

Malheureusement depuis quelques temps des tâches noires prolifèrent dans la grotte de Lascaux. Les zones atteintes sont principalement celle de l'Abside et la Nef, autrement dit celle où il y a le plus d'oeuvres. On constate la présence de colonies de taches noires sur plusieurs peinture comme la Vache noire et les ramures du Cerf de l'Abside.  

Du 9 au 11 janvier 2008, une équipe d'experts s'est penchée sur le problème et à mené des opérations spéciales pour débarrasser la grotte de Lascaux de ce champignon. Les ingénieurs du Laboratoire de recherche sur les Monuments Historiques (LRMH) ont préconisé une pulvérisation de biocide et fongicide pour les éliminer ces persistants. Pour mener à bien cette opération, la grotte sera totalement fermée pendant trois mois. Aucune visite n'aura lieu, aucune lumière ne filtrera, sauf pour un passage contrôle d'une demie heure une fois par semaine.

Info du 11 avril 2008 : La grotte de Lascaux sera bientôt rétablie. Les soins apportés depuis décembre ont donné des résultats "extrêmement encourageants", a déclaré vendredi Marc Gauthier, président du comité scientifique international du site préhistorique. "Ces champignons sont morts grâce au traitement mais ils n'ont pas disparus. Il faudra une phase ultérieure de nettoyage", a précisé Marc Gauthier.
Par précaution, le site de Lascaux a été mis au repos jusqu'à la fin du mois de juin.

Le produit employé pour se débarrasser des champignons, l'isothiazolinone, a été utilisé notamment dans les temples d'Angkor au Cambodge et dans une église de Rome, autres sites inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, mais était utilisé pour la première fois en milieu souterrain.

Caractéristiques :

Le porche de la grotte s'étant éffondré, le climat de la grotte est resté très homogène, ce qui a permis une parfaite conservation des peintures. Ces oeuvres sont traditionnellement attribuées au magdalénien ancien (vers -17 000ans), époque où le climat était relativement clément, comme en témoigne la présence de cerfs sur les parois. 1900 peintures ont été répertoriées, représentant près de 600 animaux. Les animaux les plus représentés sont les cerfs, les ours, les aurochs et les chevaux. Les rennes sont étrangement absents, alors que l'on pense qu'ils représentaient 90% des produits de la chasse des hommes préhistoriques. Les peintures épousent le relief de la cavité et sont exécutées avec de l’oxyde de fer et de l’oxyde de manganèse.

salle des taureaux

La taille moyenne des peintures est proche de 60 cm, mais on trouve quelques peintures encore plus spectaculaires, comme le grand auroch peint sur le plafond, en taille réelle, mesurant 5m50. On peut donc affirmer, avec les restes trouvés au sol (des trous dans la paroi à environs 2 mètres du sol, ainsi que des restes de chêne) que ces oeuvres ont nécessité la confection d'échafaudages, pour atteindre de telles hauteurs.

On dit beaucoup de choses concernant l'éclairage utilisé par ces hommes pour peindre dans les grottes. Ils auraient en fait fabriqué des petites gamelles en pierre remplies d'un produit inflammable dans lesquelles trempait une mèche. On en a retrouvé des vestiges un peu partout dans la grotte de Lascaux. Contrairement à la plupart des autres grottes avoisinantes, Lascaux renfermait beaucoup de vestiges qui permettent de comprendre aujourd'hui les techniques utilisées ainsi que les modes de vie de ceux qui nous ont ainsi légué le fruit de leur créativité.

Lascaux II :

Afin de pallier le préjudice causé par la fermeture au public de la grotte de Lascaux, on envisagea très vite la réalisation d'une reproduction. Le projet Lascaux II commença en 1972 sous la direction de D.Debaye, représentant le département de la Dordogne, et des différentes administrations concernées. Réplique à l'identique, mais seules la Rotonde et son Diverticule axial ont été reproduits, ce qui représente 90% des peintures de l'original.

La grotte ouvrit au public en 1983. Implantée, dans une carrière abandonnée, située à proximité du site originel, elle fut construite dans une coque rigide aux formes et aux dimensions réelles de la grotte initiale. Le sculpteur René Sanson put alors habiller la coque en reproduisant fidèlement la paroi. Et il revint au peintre Monique Peytral d'executer, avec une technique similaire et en travaillant avec une palette composée des mêmes colorants (ocre rouge et oxyde de manganèse provenant du gisement proche du Régourdou) que les fresques peintes. Cela demanda 10 ans.

A voir :

Avant de pénétrer dans la grotte, présentation, dans deux sas, de toute l'histoire de Lascaux.

Puis accès à la Salle des Taureaux ou Rotonde. On y trouve tout d'abord un animal identifié plus ou moins à une licorne, puis un troupeau de superbes taureaux noirs (en fait des aurochs). Ils semblent presque s'animer. En effet, les artistes de la préhistoire tirèrent parti de chaque relief de la roche, de chaque bosse ou aspérité pour mettre en valeur des membres ou parties de l'animal. C'est ainsi qu'une bosse bien ronde peut représenter une panse bien dodue ou un dos.

la licorne

En outre, l'utilisation de perspective, dite "tordue", donne encore plus l'illusion de la réalité et du mouvement (par exemple, tête ou corps de profil et cornes de trois-quarts). L'un des taureaux mesure plus de 5 mètres.

cheval du diverticule axial

Aprés la salle des taureaux, vous pénétrez dans l'étroit Diverticule Axial où s'étalent de véritables compositions, comme la vache qui saute, le cheval tombant et la frise des petits chevaux. Pour finir, toute une série de graphisme (traits parallèles, rectangles, ponctuation, sorte de harpon,etc...) posent toujours des problèmes d'interprétation aux chercheurs. 

Théories sur Lascaux :

Les préhistoriens ont tout imaginé au sujet de cet art pariétal, de nombreuses théories ont été avancées : magie de la chasse, totémisme, chamanisme… Aucune n’a révélé le sens profond des œuvres laissés par nos ancêtres. Aujourd’hui, Chantal Jègues-Wolkiewiez, une chercheuse française indépendante, défend une nouvelle hypothèse. Pour elle, les fresques de Lascaux représentent une carte du ciel. Le ciel qu’observaient il y a 10 000 ans les premiers peintres de l’humanité. (documentaire du samedi 3 novembre 2007 sur Arte - Lascaux, le ciel des premiers hommes), neanmoins cette théorie est fortement critiquée par l'ensemble des préhistoriens. A suivre ...

Infos :

Attention pas plus de 2000 entrées par jour dans la grotte de Lascaux II, achetez vos billets tôt en saison. De Pâques à fin septembre, la billetterie se trouve en face de l'office du tourisme de Montignac, sous les arcades, elle est ouverte de 9h à 19h, visites toutes les 10mn jusqu'à 20h30, hors saison les billets s'achètent directement sur place (fléchage depuis Montignac).

Pour voir la carte : cliquez ici

Tarifs : Adulte 9 € - Enfant de 6 - 12 ans 6 €. Possibilité d'acheter un billet jumelé pour le Thot pour 3,50€ de plus.

http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/lascaux/fr/

 

Le parc du Thot :

la scène du puit

Quelques autres reproductions de peintures (frise des cerfs, bisons adossés et vache noire de la Nef ainsi que la scène du Puits) sont exposés dans la parc du Thot, à quelques kilomètres de Montignac (Thonac). Vous trouverez au Thot toutes les explications concernant la construction de Lascaux II et apprendrez également à tailler le silex comme nos ancêtres.

Sans oublier, le parc animalier où l'on y trouve les animaux vivants à l'époque du paléolithique supérieur.

Des reconstitutions de scènes de la vie quotidienne préhistorique sont également visibles.

Site très instructif, à faire en famille. Entrée : 7 €.

 

 

Le Périgord Noir